L’AU-DELA

affichelaudelaetuvivrainelterrorelaldila19811.jpg

L’AU-DELA 

Ttitre français : L’Au-delà
Titre original : E tu vivrai nel terrore – L’aldilà

1981 – Italie – Horreur – 1h27 
 
Réalisation : Lucio Fulci 

Avec : Catriona MacColl (Liza Merril (sous le nom Katherine MacColl)), David Warbeck (Dr. John McCabe), Cinzia Monreale (Emily (sous le nom Sarah Keller)), Antoine Saint-John (Schweick), Veronica Lazar (Martha) 

Sypnosis :

A New Orleans, en 1927, un peintre est défiguré puis crucifié par les habitants qui l’accusent de sorcellerie. En 1981, Liza Meddle s’installe dans l’hôtel des « Sept Portes » dont elle vient d’hériter et qui fut le théâtre de l’horrible mort du peintre. Une suite de drames va se produire où plusieurs personnes trouvent la mort dans des conditions abominables…

bscap00092.jpgbscap00082.jpg

 Après L’enfer des zombies et Frayeurs, Lucio Fulci poursuit son aventure morbide avec l’au-delà. Ici, il est question de vengeance engendrée par un crime inhumain et profondément injuste.

bscap00045.jpgbscap00151.jpg

 Si Fulci nous avait prouvé avec ces précédent métrages qu’il était capable de nous offrir un spectacle morbide, il parvient toujours à nous surprendre en nous montrant des scènes de plus en plus insoutenables, capables de repousser un public pourtant habitué à ce genre de film.

bscap00243.jpgbscap0033.jpg

 Les scènes gores sont de plus en plus nombreuses, à se demander si on peut aller plus loin dans l’atrocité comme la scène de l’énucléation avec l’oeil ou bien encore l’acide coulant sur le visage de la femme dans la morgue.

bscap0028.jpgbscap0034.jpg

 Le passage avec les mygales est toutefois exagéré, ces dernières arrachant des morceaux de chairs à leur victime. De plus, cette scène n’est pas aussi réussie que les autres, on devine aisément que de fausses mygales sont introduites avec les vrais mais bon, qu’importe, Fulci démontre qu’il a de la suite dans les idées.

bscap00371.jpgbscap00463.jpg

 Catriona MacColl est à nouveau de la partie et sa beauté ne laisse pas indifférend les hommes, bien que sa prestation ne soit pas la pièce maitresse du film.

bscap00423.jpgbscap00412.jpg

 Mais là où l’au-delà surpasse son ainé (frayeurs), c’est dans le décor, en particulier le final avec cette scène superbement orchestrée.

bscap00522.jpgbscap0057.jpg

 Malgré un scénario linéaire et assez simpliste, Fulci parvient par le biais d’images extrêmement violentes à conquérir un public avide de sensations fortes ou au contraire à rebuter les âmes les plus sensibles.

bscap00562.jpgbscap00583.jpg

 L’au-delà fait parti de mes films préférés du regretté Fulci avec la maison près du cimetière. Ils font parti de ces oeuvres poétiques, à la musique facilement reconnaissable qui ont marqué les années 80 au fer rouge.

41.gif

0 commentaires à “L’AU-DELA”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Auteur:

zombieofthedead


Cinéma et science-fiction |
Cinéludo |
Festival 8-9,5-16 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pieces of one piece
| Site déménage
| CINOP' 6