THE ZOMBIE DIARIES

thezombiediaries.jpeg

THE ZOMBIE DIARIES 

Angleterre/Horreur/85 mns/2007

Réalisation :Michael Bartlett, Kevin Gates

Avec :  Russell Jones, Craig Stovin, Jonnie Hurn, James Fisher, Anna Blades, Imogen Church, Kyle Sparks, Alison Mollon, Victoria Nalder, Jonathan Ball, Sophia Ellis, Will Tosh, Hiram Bleetman, Ralph Mondi, Leonard Fenton

Sypnosis :

Un virus semble se propager à travers toute la campagne de l’Angleterre. Ce dernier transforme les humains en zombies. Les militaires se rendent sur les lieux pour enrayer l’épidémie.

3 groupes de personnes bien distincts filment leur quotidien à la manière d’un documentaire. Le premier groupe composé de 4 personnes se rend dans une ferme pour ramener des images de l’évènement en tournant un reportage. Le second est composé de 3 individus à la recherche de nourriture et d’éventuels survivants qui errent dans une ville déserte. Enfin, le dernier groupe tente de survivre, isolé dans une ferme en tuant tous les zombies qui s’approchent d’un peu trop près d’eux.
 
bscap00122.jpgbscap00181.jpg

 The zombie diaries est un film de série Z qui nous vient tout droit de l’Angleterre. Si le titre peut faire penser qu’il s’agit là d’une pale copie du nouveau film de Romero « Diary of the dead » et le concept du métrage, tourné façon amateur, j’ai été agréablement surpris. Je m’attendais à un du gros Z bien pourri dont seul la jacquette serait intéressante.

bscap00162.jpgbscap0013.jpg

 Filmé caméra à l’épaule façon « Blair witch », « Cloverfield » ou bien encore plus récemment « Diary of the dead », The zombie diaries se veut un film d’horreur le plus réaliste possible avec tous les avantages et les inconvénients que cela peut entrainer.

bscap0021.jpgbscap00321.jpg

 Ceux qui n’aiment pas par exemple les mouvements de caméra incessants et la qualité de l’image volontairement altérée pour rendre le film le plus crédible possible n’apprécieront peut-être pas cette manière de filmer très singulière.

bscap0031.jpgbscap0052.jpg

 Si je dois avouer que je ne suis pas un fan de ce concept, je dois dire qu’ici ça passe bien, notamment grâce au scénario inventif et ce côté réaliste non déplaisant. De plu, la qualité de l’image est très bonne pour ce genre de production.

bscap0051.jpgbscap0059.jpg

 Bien entendu, ce n’est pas Romero qui est derrière la caméra et le budget du film ne sera pas le même qu’une grosse production hollywoodienne mais le résultat est convaincant. Je crois que cette réussite vient du fait que le réalisateur de ce film apporte un réel savoir faire, imaginatif et qui ne sombre pas dans des clichés trop usités par le cinéma du genre. On sent une véritable intention de bien faire les choses et cela ne peut être que constructif.

bscap0054.jpgbscap00671.jpg

 En ce qui concerne le scénario, on suit trois groupes de personnes qui filment leur quotidien rythmé par les attaques des zombies dans un espace temps différent à la manière d’un documentaire.

bscap0061.jpgbscap00711.jpg

 Il ne faut cependant pas penser que l’on va assister à un carnage en voyant des hordes de zombies affamés défferlés devant la caméra pour arracher les trippes des survivants. Ici, ils errent en petits groupes, la démarche lente comme dans les films de Romero.

bscap00721.jpgbscap0073.jpg

 Les maquillages des zombies sont assez réussis dans l’ensemble et les quelques scènes sanglantes sont bienvenues. Le film mise plus sur l’angoisse et le côté réalisme vécu par les acteurs de ce métrage.

bscap0075.jpgbscap0077.jpg

 Au niveau du casting, les comédiens s’en sortent vraiment bien et sont bluffants de sincérité. En choississant de parfaits inconnus, cela renforce la crédibilité et est un très bon choix du réalisateur bien que je doute qu’il eusse de toute façon les moyens de s’offrir de grosses têtes d’affiche.

bscap0081.jpgbscap00951.jpg

 La fin du film est déroutante et ouvre une nouvelle perspective intéressante dont on ne pouvait pas s’y attendre. J’ai été surpris bien qu’en suivant le déroulement, j’ai réalisé au fur et à mesure la véritable horreur vécue par les principaux protagonistes. Comme quoi, les morts vivants ne sont pas les êtres les plus cruels…

bscap00901.jpgbscap00871.jpg

 Bien entendu, le film n’est pas parfait non plus. Tout d’abord, les personnages ne sont pas vraiment attachants. Les zombies ne sont pas montrés de façon continue et leur présence à l’écran n’est que minime par rapport à la durée du film contrairement à ce que pourrait faire penser la jacquette du dvd. Enfin, certains maquillages ne sont pas assez peaufinés.

bscap0098.jpgbscap00971.jpg

A mi-chemin entre 28 jours plus tard, le jour des morts vivants mais caméra à l’épaule, The zombie diaries est un petit film qui vaut le coup d’oeil. Disponible uniquement en anglais dans l’immédiat, j’ignore si une sortie française est prévue. En tout cas, je le souhaite de tout coeur en espérant que celle-ci tiendra la route et ne viendra pas tout gâcher. Ce n’est pas le film de l’année mais pour un film traitant du sujet, il s’en sort plutôt bien.

3.gif

1 commentaire à “THE ZOMBIE DIARIES”


  1. 0 Poud 9 nov 2008 à 1:14

    Pouah, pouah pouah quelle déception ce film…et pourtant, dieu sait que je suis friand de films de zombinets ! Mouarf, dans la série navet…

    En fait je vais bacher ce film, mais le seul point positif à retenir est l’ambiance musicale. Et c’est pas ironique ! Vous savez, cette ambiance du mec qui s’est endormi sur le DO et qui rajoute de temps en temps un bruit chelou. (comme le coup du vent ou des oiseaux qui sortent d’une pièce pendant le film qui m’a plié ^^ Ben quoi, les oiseaux aussi ont peur des zombis, ils se cachent c’est normal !). Ils auraient pu laisser la musique et enlever les voix horripilantes des Jacky et Jackettes du film. Les doublages sont tellement soporofiques…

    Le must tout de même, car avant toute chose, c’est le coup des milit’! C’est à se demander si le réalisateur a passé sa journée JAPD et a filé des uniformes à ses collègues. (C’est quoi ce caporal qui n’obéit pas aux ordres ?). Je n’ose parler des Jean-Bobby habillés en feuille qui progressent en passant dans la ligne de mire de ses potes…

    Je crois bien qu’il n’y a pas une scène qui soit réaliste. MOUHAHA ^^

    Visiblement, les réalisateurs sortent seuls la nuit dans la forêt, ne prennent pas d’objets contendants quand ils rentrent par effraction dans une maison abandonnée, ne s’affolent pas quand ils voient des morts gisants sur le sol, préférent pousser des morts-vivants plutôt que de leur foutre un bon coup de bâton (on est dans une forêt ou bien?), pis encore, arrivent à papoter autour d’un feu en pleine nuit alors qu’ils sont entourés de milliers de zombis (allez je continue l’énumération), se penchent et font passer leurs mains sur des morts alors qu’ils savent qu’ils peuvent se réveiller d’une minute à l’autre, ne voient pas arriver des zombis au loin (référence au mec qui film et qui se fait « pousser » par le zombi qui s’est réveillé vers le millieu du film), arrivent à ouvrir des portes sans avoir peur du risque qu’il peut y avoir derrière et surtout sans rien avoir dans les mains pour se défendre et je vais m’arrêter là car je vais pas tous les faire…

    Certes, il faut un peu de tout ça pour qu’on ait la pression pendant le film…Et pourtant d’autres films (REC ou diary) arrivent à foutre les chetons sans accumuler les phrases bateaux (« ne filme pas, c’est vraiment pas bien !! », « la vie est dure, il faut se serrer les coudes ») ou encore les scènes à deux euros (« mince, ma voiture a un problème alors que je l’ai faite réviser y’a à peine une heure »)…

    Parbleu, j’devrais faire un film moi un de ces quatres…Même avec 10 euros, je rentabilise ! L’idée de la caméra épaule est pas mauvaise, encore faut-il que le mec qui filme se rende compte que c’est un personnage comme les autres…Je fais référence (par exemple) à la scène où le caméraman court dans la forêt avec son fusil et sa caméra qu’il fixe droit devant lui; pas trop emmerdé jean-jack ?

    Ok. J’ai aussi l’impression de ne pas avoir les diplômes nécessaires pour comprendre ce film. Il y a beaucoup trop d’acteurs – qui jouent aussi bien que mon voisin du dessous – et tellement peu de zombis…qui vont très vites cela dit ! ils arrivent à surgir en 10 minutes dans toute la ville! Des Speedy gzombiles. N’imp ce film…

    Sur ce navet, je vais me coucher et surement rêver de plus belle la vie et chantonner du village people.

Laisser un commentaire


Auteur:

zombieofthedead


Cinéma et science-fiction |
Cinéludo |
Festival 8-9,5-16 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pieces of one piece
| Site déménage
| CINOP' 6