DELIVER ME TO HELL

DELIVER ME TO HELL  dans News 19490467

 

Posté sur Youtube il y’ a peu de temps de cela, « Deliver Me To Hell » est un court métrage interactif qui a était fait dans le but de faire de la pub pour Hell Pizza (une chaine américaine).

Votre objectif est en fait simple : Vous devrez diriger Steve un livreur de pizzas avec comme ennemis des zombies.

Image de prévisualisation YouTube

Un petit nouveau sur le blog…

Ces derniers temps, j’étais à la recherche d’une personne pour contribuer à la vie du blog car il faut bien l’avouer, ce dernier restait très souvent en « stand-by » depuis pas mal de temps. C’est maintenant chose faite, je souhaite la bienvenue à »Wolfvarg » qui publiera des articles non pas sur 1 mais sur mes 2 blogs (zombie of the dead et l’aube du fantastique). Des nouveautés ainsi que sûrement des changements feront leurs apparitions prochainement sur ces blogs mais rassurez-vous, ce ne sera que du bon… Je vous souhaite une bonne visite et vous dis à très bientôt donc…

Zombie

Bandes annonces

Vous trouverez ici toutes les bandes annonces du blog :

DOGHOUSE

DOGHOUSE 

affichedoghouse20091.jpg

Titre original : Doghouse

2009 – G.-B. – Horreur/Comédie     

Sortie GB : 12/06/2009
Sortie DVD : 12/10/2009    

Réalisation : Jake West
     
Auteurs & scénaristes : Dan Schaffer

Avec : Danny Dyer (Neil), Stephen Graham (Vince), Noel Clarke (Mikey), Terry Stone (Sergent Gavin Wright), Christina Cole (Candy), Lee Ingleby (Matt), Keith-Lee Castle (Patrick), Emil Marwa (Graham), Neil Maskell (Banksy), Adele Silva (Bex)
 

Sypnosis :

« Un groupe d’amis trentenaires monte à bord d’un mini-bus pour aller s’offrir une folle virée dans l’arrière-pays anglais, histoire de faire oublier à l’un d’entre eux son récent divorce. Une fois arrivés dans un petit village présentant tous les avantages qu’il faut, c’est à dire un pub, ils se rendent néanmoins rapidement compte que quelque chose ne va pas. Les femmes, contaminées par un virus inconnu se propageant dans l’air, se transforment en effet en monstres cannibales et dévorent alors les hommes. »

bscap0010.jpg

bscap0008.jpg

Doghouse est le deuxième film réalisé par Jake West dont le premier n’était autre que le fameux « Evil aliens ». Si dans Evil aliens, il revisitait le genre extraterrestre avec de l’humour et du gore qui tâche. Dans Doghouse, il offre sa vision personnelle sur le mythe des zombies ou plus exactement la contamination par virus dont les symptômes sont similaires à ceux des morts vivants.

bscap0013.jpg

bscap0021.jpg

L’angleterre nous prouve une nouvelle fois depuis l’incontournable Shaun of the dead qu’elle est capable de mêler habilement humour et horreur, ce qui donne un cocktail détonnant. Bien que Doghouse ne soit pas aussi réussi et marrant que Shaun of the dead, il est tout de même bien plus réussi que « Zombieland », le dernier film de zombies sorti il y a peu.

bscap0034.jpg

bscap0027.jpg

Jake west a évolué depuis son premier film. Il a gagné en maturité et ça se ressent. Doghouse sent moins la série Z, aussi bien au niveau du jeu des acteurs, que des décors et effets spéciaux, la qualité de l’image et la mise en scène.

bscap0050.jpg

bscap0042.jpg

Tout est travaillé et fait preuve d’un réel savoir-faire contrairement à certains films à gros budget qui se contentent de ressasser encore et encore des clichés vus et revus…

bscap0058.jpg

bscap0062.jpg

Autre point fort du métrage, le scénario un brin original. Ici, seulement les femmes sont contaminées par le virus. Elles sont agressives, courent et utilisent des armes, dévorent les hommes (au sens propre du terme) un peu à la manière de « L’avion de l’apocalypse » sauf que la qualité de ces deux métrages n’est pas comparable.

bscap0061.jpg

bscap0068.jpg

Pour résumer, nous avons une bande de copains, isolé dans un petit village perdu au milieu de nulle part, qui tentent de survivre aux assauts des femmes devenues des sortes de zombies armées et mangeuses d’hommes. Ajoutez du gore, de l’humour et vous obtenez « Doghouse »…

bscap0083.jpg

bscap0080.jpg

Certains diront que Doghouse pompent Shaun of the dead sur certains plans comme le passage où un groupe d’hommes se déguisent en femmes pour passer incognito dans la foule de zombies ou bien quand ils jettent des objets sur leurs assaillants avant de rentrer dans la maison. Personnellement, je n’y vois là aucun plagia, au pire, un clin d’oeil…

bscap0090.jpg

bscap0088.jpg

En tout cas, j’ai passé un bon moment, c’est fun, on ne s’ennuie pas. C’est pas le meilleur film de l’année mais il dépasse haut la main « zombieland », car nettement plus inventif. Le film est sorti en dvd il y a peu mais il ne possède ni piste audio, ni sous-titrage en français, uniquement en anglais.

bscap0091.jpg

bscap0101.jpg

On peut espérer cependant voir un jour débouler chez nous Doghouse et pourquoi pas Evil aliens, vu la qualité des métrages, croisons les doigts.

 45.gif

Je suis de retour…

Bonjour, après plusieurs mois d’absence, me revoilà. J’ai eu quelques soucis d’administration du blog, ce qui explique mon absence. J’ai également créé un nouveau blog, cette fois-ci sur les films du genre « survival ». Vous trouverez le lien de ce dernier dans la catégorie concernée.  Je profite de mon retour pour changer la musique du blog qui tourne en boucle depuis un moment déjà. J’ai vu quelques nouveaux films de zombies ces derniers mois, je posterais des articles prochainement. Bonne visite…

BONNE ANNEE

Je vous souhaite tous mes voeux pour cette nouvelle année et je tiens à vous remercier pour avoir visité mon blog. Comme vous avez pu vous en rendre compte, le blog est en stand-by depuis quelques temps. Ce n’est pas par paresse mais manque de temps. J’ai tellement de films de zombies à poster que j’ai vu qu’il me faudra un certain temps pour écrire les articles les concernant. Zombie of the dead n’est pas mort et je n’ai pas l’intention non plus d’y mettre un terme. Bonnes fêtes de fin d’année, amusez-vous bien et n’hésitez pas à revenir ici de temps à autre. Peut-être serez-vous mêmes surpris de découvrir plusieurs nouveaux articles de films postés. Je vais profiter de mon passage pour changer la musique d’intro, ça fait un moment déjà qu’elle tourne en boucle. Merci à vous d’avoir étez aussi nombreux à venir ici, près de 4500 depuis sa création. C’est énorme, je n’en reviens pas moi-même. Je n’aurais jamais cru en avoir autant. A vous qui lisez ces quelques lignes, je vous dis à très bientôt, ce n’est pas un adieu mais un au revoir…

THE VANGUARD

51vlj2otq9lss500.jpg

THE VANGUARD 

2008 – G.-B. – Action/Horreur – 1h29 
  
Réalisation : Matthew Hope 
    
Avec : Karen Admiraal (Linda), Jack Bailey (le leader Biosyn), Ray Bullock Jr. (Max), Emma Choy (Rachael), Terry Cole (Tracker #4), Rob Cooper (Biosyn #2), Bahi Ghubril (Hareem Jabbar), Shiv Grewal (Tracker al), Christopher Hatherall (Biosyn), Martin Hobbs (Tracker #3) 
 
Date de sortie en France : le 2 Septembre 2008 (dvd)

Sypnosis :

2015, le monde est en plein chaos , les dernières réserves de pétrole ont été vidées et la surpopulation a atteint des niveaux critiques. Dans ce cauchemar apocalyptique, une seule entité connue sous le nom de « la Société » a conçu un plan d’action pour l’éradication de la race humaine et a initialisé un programme de dépeuplement. Mais dans une tentative désespérée de sauver l’humanité, les scientifiques chargés de cette mission s’insurgent et parviennent à créer un médicament qui réduit l’homme à l’état primitif de singe, plus connu sous le nom de Biosyns. Leur vue est alors réduite à la cécité, les Biosyns ne peuvent plus compter que sur leur odorat et leur ouïe pour survivre.

bscap00021.jpgbscap0010.jpg

 Voilà un petit film comme je les aime. Ne partant de rien du tout ou tout du moins pas grand chose en comparaison des standards hollywoodiens, The vanguard nous prend à contre-pied et parvient même à nous surprendre.

bscap0015.jpgbscap0023.jpg

 Contrairement aux américains, les anglais ont compris qu’il ne suffisait pas d’avoir un budget colossal pour produire un bon film mais des idées.

bscap0019.jpgbscap00331.jpg

 The vanguard ne mise pas sur les effets spéciaux mais sur son scénario. Bien que celui-ci soit un peu confus et par moment perfectible, on accroche assez facilement et on se prend au jeu.

bscap0028.jpgbscap00351.jpg

 Maintenant, il est vrai que ce n’est pas non plus le meilleur film de zombies sortis à ce jour. D’ailleurs, ce ne sont pas véritablement des zombies. Un peu comme 28 jours plus tard ou sa suite 28 semaines plus tard, les personnes infectées se retrouvent dans un état primitif.

bscap0037.jpgbscap00401.jpg

 Au niveau du casting, aucun acteur connu n’en fait parti, que des nouveaux visages. Ce qui n’empêche pas de passer un bon moment, ces derniers s’en sortant sans trop de mal.

bscap0050.jpgbscap0052.jpg

 Dans The vanguard, on a aussi un peu de sang, de l’action et un héros pas vraiment beau gosse mais assez viril. La fin du film est quant à elle plutôt inattendue et surtout bienvenue.

bscap0053.jpgbscap0056.jpg

 Le maquillage des personnes contaminées est de bonne facture, en particulier au niveau des yeux. Alors, oui, il n’y a pas de numérique mais c’est tant mieux.

bscap0059.jpgbscap0061.jpg

 Vous voulez passer un bon moment devant un petit film sorti de je ne sais où, The vanguard fera l’affaire sans problème. Dans la lignée de 28 jours plus tard mais sous une approche différente.

3.gif

L’AVION DE L’APOCALYPSE

affichelaviondelapocalypseincubosullacittacontaminata19801.jpg

L’AVION DE L’APOCALYPSE

Titre français : L’Avion de l’apocalypse
Titre original : Incubo sulla città contaminata

1980 – Italie/Mexique/Espagne – Horreur/Epouvante – 1h32 

Sortie France : 23 Juin 1982
Sortie USA : 18 Novembre 1983 
 
Réalisation : Umberto Lenzi 
   
Avec : Hugo Stiglitz (Dean Miller), Laura Trotter (Dr. Anna Miller), Maria Rosaria Omaggio (Sheila Holmes), Francisco Rabal (Major Warren Holmes), Sonia Viviani (Cindy), Eduardo Fajardo (Dr. Kramer), Stefania D’Amario (Jessica Murchison), Ugo Bologna (Mr. Desmond), Sara Franchetti (Liz), Manuel Zarzo (Colonel Donahue)

Sypnosis :

Venu couvrir l’arrivée d’un éminent scientifique, un journaliste assiste à l’atterrissage d’un avion cachant dans ses entrailles un fléau sur le point de décimer l’humanité. Des hordes de monstres affamés sortent de l’appareil et se jettent sur tous ceux qui croisent leur chemin. Qui pourra arrêter ces créatures avant que le monde entier ne soit contaminé ?

bscap0001.jpgbscap0002.jpg

 Considéré par certains comme un navet et d’autres comme un nanar, L’avion de l’apocalypse a vu le jour dans les années 80, époque où il faisait bon inventer des scénarios peu crédibles mais totalement jouissif pour le spectateur.

bscap0008.jpgbscap0006.jpg

 Je fais parti de la majorité de personnes qui pensent que L’avion de l’apocalypse est un bon nanar. Je dis bon car contrairement à ce que pensent certaines personnes, je ne le trouve pas aussi mauvais que ça.

bscap0009.jpgbscap0017.jpg

 Certes, c’est risible et ça commence à l’être dès le début du film avec la fameuse scène de sortie de l’avion où les passagers sortent des armes et se mettent à tuer tous ceux qui attendaient leur arrivée.

bscap0014.jpgbscap0021.jpg

 Ca continue par la suite avec le studio de tournage où les danseuses se font étripper et ainsi de suite jusqu’à la scène finale où une femme tombe de l’hélicoptère pour aller s’écraser sur le bitume en ayant pris soin de heurter le manège au passage. Ici, on voit bien que c’est un mannequin à sa place mais qu’importe, au point où on en est, plus rien ne nous choque vraiment dans ce métrage.

bscap0027.jpgbscap0026.jpg

 Vous pensiez avoir tout vu, attendez-vous à voir des choses horribles dont votre coeur pourrait vous donner des haut-là comme le maquillage qu’ont dû subir les pauvres comédiens pour être transformé en zombie. On dirait qu’ils sont recouverts de viandes hachés ou je ne sais quoi.

bscap0029.jpgbscap0032.jpg

 Quoi qu’il en soit, L’avion de l’apocalypse remplit sa part du contrat. Il vous apporte ce que les productions italiennes étaient capables de nous offrir durant les années 80. A savoir un scénario perfectible avec le plus de scènes « gores » grand guignolesque, n’hésitant pas à tomber dans des situations grotesques.

bscap0035.jpgbscap0033.jpg

 Ce que j’aime aussi dans ce film, c’est que l’on ne s’ennuie pas. Les assaillants courent, utilisent des armes blanches et même des armes à feux pour tuer leurs victimes. L’action est au rendez-vous au détriment d’une histoire un peu pauvre il est vrai et des personnages peu attachants. Ce que je regrette également, c’est que l’on ne connait pas véritablement la nature de l’infection dont semble souffrir les personnes contaminées.

bscap0038.jpgbscap0045.jpg

 En effet, ici, nous n’avons pas affaire à des zombies mais à des êtres changés par un virus qui les rend sauvages et particulièrement meurtrier et contrairement aux zombies, ils savent faire preuve d’intelligence dans certaines situations.

bscap0046.jpgbscap0048.jpg

 Au final, L’avion de l’apocalypse est un pur nanar qui par sa courte durée (environ 1 heure et quart) sera capable de vous offrir un spectacle amusant mais peu crédible. Loin d’être culte, il vaut néanmoins le coup d’oeil.

2.gif

FLIC OU ZOMBIE

afficheflicouzombie19881.jpg

 FLIC OU ZOMBIE

Titre français : Flic ou zombie
Titre original : Dead Heat

1988 – Etats-unis – Comédie d’action/Horreur – 1h26 
 
Sortie France : 29 Juin 1988
Sortie USA : 06 Mai 1988  
  
Réalisation : Mark Goldblatt 
    
Avec : Treat Williams (Roger Mortis), Joe Piscopo (Doug Bigelow), Lindsay Frost (Randi James), Darren McGavin (Docteur Ernest McNab), Vincent Price (Arthur P. Loudermilk), Clare Kirkconnell (Rebecca Smythers), Keye Luke (Mr. Thule), Robert Picardo (Lieutenant Herzog), Mel Stewart (Capitaine Mayberry), Professeur Toru Tanaka (le boucher)

Sypnosis :

Mortis et Bigelow, deux détectives de Los Angeles, sont à la poursuite de gangsters ayant commis six hold-up. Ils les surprennent en pleine attaque d’une bijouterie et parviennent, non sans mal, à les abattre. Le médecin légiste remarque avec horreur que les cadavres autopsiés l’avaient déjà été 8 jours auparavant…

bscap0007.jpgbscap0012.jpg

 Flic ou zombie est un film de zombies sorti à la fin des années 80 comme je les aime, mêlant adroitement humour, action et horreur.

bscap0017.jpgbscap00161.jpg

 Bien que le ton humoristique soit potache et bon enfant, on s’amuse à suivre avec entrain les péripéties des deux principaux protagonistes du film.

bscap00202.jpgbscap0022.jpg

 Au niveau du casting, on retrouve Treat Williams (Roger Mortis) qui jouera plus tard dans le film « Un cri dans l’océan ». Ici, il campe le flic « beau gosse » et intello du duo.

bscap0025.jpgbscap0029.jpg

 On a également Joe Piscopo (Doug Bigelow), acteur de seconde zone qui n’a pas joué dans beaucoup de films connus en tant que personnage principal. Il interprète l’autre flic, compagnon de Roger, baraqué mais pas très malin.

bscap00312.jpgbscap0036.jpg

 Flic ou zombie n’est pas aussi drôle que « Evil dead 3″, « Shaun of the dead » ou « Le retour des morts vivants » mais néanmoins, de par son scénario farfelu et ses situations burlesques, on passe un bon moment.

bscap0037.jpgbscap00411.jpg

 Sans atteindre le rang culte, il faut le voir si vous aimez le genre. Surtout que l’on trouve le dvd à un prix dérisoire en cherchant bien.

32.gif

DEAD & BREAKFAST

affichedeadabreakfast20041.jpg

 DEAD & BREAKFAST

Titre internationnal : Dead & Breakfast

2004 – Etats-unis – Comédie musicale/Horreur/Thriller – 1h27 
Sortie USA : 20 Avril 2005   
 
Réalisation : Matthew Leutwyler 
    
Avec : Ever Carradine (Sara), Portia de Rossi (Kelly), David Carradine (M. Wise), Bianca Lawson (Kate), Jeffrey Dean Morgan (le Shériff), Erik Palladino (David), Oz Perkins (Johnny), Gina Philips (Melody), Jeremy Sisto (Christian), Diedrich Bader (Chef Henri)
 

Sypnosis :

Six amis en route pour un mariage s’arrêtent pour la nuit dans un Bed & Breakfast pittoresque d’une petite ville. Suite à la mort mystérieuse du gérant, le groupe se retrouve suspecté par le shérif de la bourgade. Tout se complique quand les habitants possédés par un esprit démoniaque assiègent la résidence…

bscap0006.jpgbscap00101.jpg

 Dead and breakfast est un bon film d’horreur dans la lignée de Dead heat (flic ou zombie) ou bien encore Evil dead 2, son illustre modèle. Toutefois, s’il s’inspire visiblement de Evil dead 2, il est loin d’être aussi réussi. N’est pas Sam Raimi qui veut…

bscap0004.jpgbscap0018.jpg

 Dans dead and breakfast, les habitants sont possédés par un esprit diabolique et ne sont donc pas véritablement des zombies à proprement parler bien qu’ils en aient l’air.

bscap0027.jpgbscap0026.jpg

 Le scénario est quant à lui assez simple et pas vraiment original mais le film se rattrappe avec son humour pas trop lourdingue et ces quelques scènes pseudo-gores.

bscap00331.jpgbscap00311.jpg

 Le jeu des acteurs vaut ce qu’il vaut. C’est à dire pas grand chose mais tout à fait correct pour ce genre de film. Au casting figure quand même David Carradine et Jeremy Sisto. Ce qui est déjà pas mal quand on sait qu’il s’agit ici du premier film que produit Matthew Leutwyler.

bscap0052.jpgbscap0056.jpg

 Sans être incontournable, Dead and breakfast se révèle être un bon divertissement, sympathique et pas ennuyeux du tout qui pourra occuper sans problème une partie de soirée.

31.gif


12345...8


Cinéma et science-fiction |
Cinéludo |
Festival 8-9,5-16 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pieces of one piece
| Site déménage
| CINOP' 6